J’aurais aimé te connaître plus longtemps. J’aurais aimé savoir de quoi étaient faits tes rêves. Un jour, tu n’as plus supporté le bruit de la vie. Tu as préféré fermer les yeux et ne plus les rouvrir sur un monde triste et sans avenir. Sans y penser, sans comprendre ce que tu faisais, tu as cessé de respirer l’odeur des fleurs et de l’herbe coupée. Ton cœur endolori a cessé de battre sans que personne ne sache ce qui se passait dans tes pensées. Tu as choisi de rompre ton destin. Tu ne lui as pas laissé le choix, tu as pris la décision d’être le maître en abattant les murs de ta prison intérieure.

 

Tu laisses derrière toi des gens qui sont orphelins de toi. Tu avais si mal et la colère se battait en duel avec le chagrin, provoquant des angoisses qui emplissaient ton regard. A force d’avaler des médicaments que tu as noyé avec des litres d’alcool, tu as fini par oublier les douleurs de ton existence, les peurs qui t’habitaient et te dominaient. Il y avait les médicaments pour dormir, ceux pour rester éveiller et ceux pour se sentir bien, et puis certains, tu ne savais plus très bien. Boire te permettait d'oublier les pillules et l'angoisse de ne pas être à la hauteur et d'échouer aux examens. La musique à fond dans les oreilles, tu as englouti ton dernier mélange. Tu as sombré dans ton dernier cauchemar sans que personne ne remarque ton absence. Tu emportes avec toi ton mal de vivre, et tu abandonnes ceux qui s’inquiétaient pour toi.

 

Mais c’était si difficile, si dur à supporter, ce mal qui te rongeait de l’intérieur et creusait dans ta tête les galeries d’un labyrinthe dans lequel tu t’es perdu. Le fil d’Ariane était devenu trop court et tu as rencontré l’homme à la tête de taureau. Tu as déposé à ses pieds en offrande ton fardeau trop lourd. Tu ne serreras plus jamais contre toi la taille d’une jolie fille. Tu ne frapperas plus du plat de la main sur le rythme des notes et ton dernier souffle a éteint ton rire. J’aurais aimé savoir pour qui tu pleurais. J’aurais aimé savoir pourquoi tu rêvais.

 

7062640171_df4ce6951b.jpg

Retour à l'accueil