Un ange s’est envolé un matin. Il a déployé ses ailes pour reprendre sa liberté. Il est parti en paix un beau matin d’hiver.

 

Après des années de silence, ton corps épuisé a fini par se lasser de vivre. Ton esprit a pris son envol et rejoint les grands espaces lointains qui nous sont inconnus. Tu es partout et nulle part. Le vent souffle à mon oreille que tu es avec ton âme sœur. Eloignés si longtemps, vous voici à nouveau réunis.

 

Tu nous laisses pantois et malheureux de te perdre. Nos cœurs sont en larmes. Allongée si longtemps dans tes draps blancs, te voici entre des draps en bois vernis. Nous allons vivre sans toi, comblant le vide que tu nous laisses en échangeant nos souvenirs. Epaule contre épaule, le clan se ressert, uni par l’amour que tu lui as donné et que vous lui avez enseigné.

 

Plus de baisers sur ta joue blanche et veloutée, plus de main fine servant le thé, plus d’histoires à se raconter, plus de livres à commenter…

 

Douceur et fermeté, raison et espièglerie, sagesse et humour, ton regard si vif et si animé s’est éteint sur le monde terrestre. Je suis si triste de ton départ, mais en même temps si heureuse de t’avoir eu dans ma vie. De vous avoir eu tous les deux dans ma vie.

 

Le chant des oiseaux que tu aimais tant illuminera mes pensées au printemps. Je les attends avec impatience pour qu’ils me parlent de toi.

 

Un ange s’est envolé un matin. Il a déployé ses ailes pour reprendre sa liberté. Il est parti en paix un beau matin d’hiver.

Retour à l'accueil