Je voudrais tant pouvoir vous prendre par le cœur afin que vous compreniez que la vie n’est pas uniquement le fait de ne pas pouvoir acheter le dernier écran plat ou le téléphone à la mode. Ce n’est d’ailleurs pas l’essentiel. La souffrance, n’est-ce pas le fait d’avoir mal ? Vous avez mal de ne pas avoir une voiture qui est hors de prix ? Pas moi, j’ai mal pour ceux qui ne peuvent pas vivre tout simplement normalement, qui sont regardés bizarrement et mis de côté parce qu’ils ne sont pas comme les autres. J’ai mal pour ceux qui n’ont rien à manger et vivent dans la rue. J’ai mal pour les femmes battues, pour les enfants maltraités, pour les innocents qui meurent sous les bombes et sous les tortures à cause de la folie de l’Homme… J’ai mal pour les victimes de ceux qui ont tout et ne veulent pas partager ne serait-ce que le travail ou la paix.

 

En partageant ce poème magnifique d'une maman courageuse, vous aiderez à faire comprendre ce qu'est le fait d'avoir mal.

 

 

La nuit, le jour,
Je t'ai aimé.
Bien avant que tu naisses,
Bien sûr je t'ai imaginé
Comme n'importe quelle mère imagine son enfant.
Je voulais un petit garçon
J'ai eu mal, mais tu es arrivé
Un beau jour de fin d'été
Une journée froide et pluvieuse.
Mais ton papa et moi, on s'en foutait,
Heureux on était de ton arrivée tant espérée.
Et puis tout était trop beau,
Accouchement difficile, petit poids, analyse de sang,
Handicapé ils l'ont pas dit réellement,
Problèmes à surveiller ont-ils dit, rien de très grave,
A surveiller de près simplement.
Moi je m'en foutais, tu étais mon bébé, rêvé,
Attendu, espéré, inattendu,
Mon petit garçon, si mignon,
Hôpital d'urgence quelques jours après ta naissance ont-ils décidé,
Je te tenais très serré près de moi,
Je ne voulais pas que tu meures
Simplement,
Mon beau bébé.
A l'hôpital-silence, votre bébé, il a faim c'est tout,
C'est tout, nous voilà rassurés,
Mais le doute en nous subsiste, examens, radios à faire,
Non, non, kiné, il dit le médecin,
C'est donc pas si grave alors.
Il dit rien le médecin, les mots lui manquent,
Inquiets mais heureux, on rentre chez nous avec un bébé tout beau ;
Chez le kiné, les bébés y sont pas en très bonne santé,
et toi non plus d'ailleurs.
La vérité on nous l'a caché, ou on n'a pas voulu la comprendre,
Chez le libraire, rayon étudiant en médecine, pédiatrie, il y a une bible sur ta maladie.
Est-ce bien la tienne ?
Oui, tout correspond, rendez-vous pris à Paris voir le médecin qui est l'auteur du livre,
Oui c'est confirmé, on a bien un diagnostic et une ébauche de ce que sera ton avenir, petit bonhomme.
Mon bébé tout cassé,
La chance a pas frappé à notre porte, le jour où tu es né,
Mais nous, tes parents, on a juré qu'on se battrait pour que la vie te soit la moins difficile qui soit, et que ton rire et ton sourire si chers à nos coeurs, retentissent tout au long de ta vie...
A Maxime, mon petit garçon-bonheur.

LaurenceIMG_0001.jpg

Retour à l'accueil