Pâques a une origine à la fois juive et chrétienne. La Pâque juive qui annonçait l’arrivée du printemps trouve ses origines dans deux célébrations. Le hag ha-pessah signifie la fête de l’agneau pascal et vient de l’époque où les hébreux étaient des nomades. Le sang de l’agneau protégeait les familles des mauvais esprits. Le hag ha-matsoth signifie la fête du pain sans levain ou pain azyme qui célèbre le début des moissons pour un peuple alors sédentaire. Pâques est le triomphe de la liberté sur l’esclavage. Si elle n’a pas la même signification que les Pâques chrétiennes, elle les a fortement influencées. Elles commémorent la résurrection de Jésus-Christ le troisième jour après sa passion, sa mort sur la croix. Cette fête marque tout à la fois la fin du Carême et donc du jeûne et le début du printemps. L’agneau de Pâques se trouve sur la table juive et chrétienne. Elle rappelle la traversée de la Mer Rouge pour la première et symbolise l’innocence et l’obéissance pour la seconde. C’est la représentation du sacrifice d’Abraham qui se soumettait à la volonté de Dieu et prêt à sacrifier son fils.

 

Les œufs de Pâques trouvent leurs origines dans beaucoup d’explications. On retrouve la tradition de les offrir dans l’Antiquité chez les Egyptiens et les Romains. Dans la chrétienté, l’Eglise a interdit de manger des œufs durant le Carême au IVème siècle. Les œufs pondus n’étant alors pas mangés, ils sont peints et offerts. Les cloches ont interdiction de sonner entre le Jeudi Saint et le Dimanche de Pâques en rappel du supplice de la Croix et de la mort de Jésus jusqu’à sa résurrection. Une légende française raconte qu’elles partent à Rome le Jeudi Saint pour être bénies par le Pape et revenir le matin de Pâques. Elles se sont chargées d’œufs en chocolat pour les libérer en cours de route. Il ne reste plus alors aux enfants qu’à partir à leur recherche. Et c’est au XVIème siècle que remonte la tradition de cacher des surprises dans les œufs…

 

2366042957_e332f7eb65.jpg

 

Retour à l'accueil