Pour faire un portrait, il faut du temps et apprivoiser son sujet. Regarder et voir, écouter et entendre sont indispensable pour le saisir. On ne peut pas se contenter de son image car elle n’est qu’une apparence. Il a une façon bien à lui de bouger, de respirer, de parler et d’exister. Si on ne saisit pas tout ça, on fixe un instant précis, mais on ne fait pas son portrait. Tout l’art du portraitiste réside dans sa manière de le laisser redevenir lui-même.

 

J’aime cet instant où le regard n’est plus une simple couleur d’yeux, mais où il s’ouvre sur les pensées. Le cœur s’exprime et révèle sa beauté tandis que les traits se détendent. Le sourire devient plus lumineux, plus intérieur et les mots viennent du fond de l’âme. Les gestes sont plus doux et aériens, plus sûrs d’eux car ils ne sont pas étudiés. Photographie, dessin ou peinture, mots qui dépeignent ou notes de musique qui virevoltent, le portrait n’est pas qu’une représentation, mais aussi toute une histoire à raconter.

Retour à l'accueil