images-copie-3.jpg

 

Le grand chêne offre la fraîcheur de ses branches solides durant l’été. L’ombre y niche et se cache dans son giron. Les amoureux viennent s’y donner rendez-vous et s’embrasser. Les mots tendres couvrent ses feuilles qui s’abandonnent à l’arrivée de l’automne.

 

Le grand chêne écoute le vent mugir contre la solidité de son tronc. Il se heurte à sa force et repart en maugréant, emportant sur son passage le souffle de l’hiver.

 

Le grand chêne boit l’eau du ciel qui laisse tomber ses larmes apaisantes sur les fleurs du printemps. Les oiseaux ébouriffent leurs plumes et se serrent les uns contre les autres dans le silence de ses pleurs.

 

Le grand chêne entend les plaintes de la vie qui s’écoule et se tarit pour renaître dans la douceur des amants éperdus. L’éphémère papillonne avec légèreté, inconscient du temps qui passe et le mord.

Retour à l'accueil