037-copie-1.JPG

 

C’est sans aucune retenue que la vie s’écoule entre nos doigts. Elle glisse et éclate sur la dureté, fond dans la douceur et s’en imprègne pour finir par se calmer quelques instants. Puis elle reprend son chemin fou, et des larmes giclent sur les murs de l’horizon. Elle s’illumine à travers les rayons acérés du soleil qui la traverse et la transperce.

 

La vie est indomptable et rien ne la retient. Elle se laisse bercer, mais jamais apprivoiser. Sauvage et rebelle, sa fougue l’emporte au-delà des limites des sentiments qui ne la suivent plus. La peine a fini par se laisser tomber pesamment sur le sol, et la joie s’est penchée sur les rochers tranchants des épreuves.

 

Comme elle est charmante et séduisante ! L’impétuosité de sa jeunesse nous emporte dans sa ronde infinie sur les chemins, mais elle finit par s’assagir avec l’âge et prend le temps de regarder le temps qui passe. La passion s’est éteinte doucement et elle finit par ressembler à une petite vieille qui souffre et gémit sous les rhumatismes qui la brûlent toujours plus, et courbe l’échine sous le poids d’une histoire qui n’a pas su l’apaiser.

 

C’est sans aucune retenue que la vie s’écoule entre nos corps. Elle les frôle et les affole, les enveloppe dans un parfum de liberté qui s’estompe sans qu’ils n’y prennent garde. Une fois que les pirouettes ont fini de tourner, il ne reste plus rien au creux de nos cœurs perdus.

Retour à l'accueil