004.JPG

 

 

Je suis blanche, toute blanche… Sur moi, tout est encore à faire, tout est possible… Les mots se bousculent sur mon corps immaculé et lisse. Les tentations sont si nombreuses, les pensées les plus profondes prêtes à se révéler… L’imagination galope et me caresse avec langueur ou précipitation. Parfois, cependant, l’ennui pose un baiser glacial sur ma bouche et m’impose de me taire.

 

La blancheur de mon teint n’est point livide, mais pure et tendre. Elle s’offre à la main qui me touche et me fait frémir simplement parfois en pensant à moi. Les regards glissent sans me voir et se perdent dans le vague pour mieux me revenir, moi, la séductrice, l’amante... Les dessins, le graphisme, les nombres, les notes de musique… Les phrases me prennent dans leurs bras et m’enserrent, m’abandonnent et reviennent encore et toujours jusqu’à moi.

 

Le monde m’appartient, et l’avenir tout autant ! Ils sont immenses et sans frontières. Et pourtant, pourtant… Ils sont mes chevaliers servants, mes princes dévoués à jamais. Car une fois que l’écriture m’a fait perdre ma beauté et ma jeunesse virginales, combien sont-ils encore à me toucher, me sentir sous leurs doigts pour enfin me lire comme si rien d’autre n’existait… Ne penser qu’à moi et oublier ce qui les entoure… Comme toi en cet instant !

 

 

Retour à l'accueil