025.JPG

 

L’Université du Temps Libre appelée couramment UTL a ouvert ses portes mercredi dernier et le bâtiment « Le Grand Champ » à Peipin, si on ne le trouve pas spontanément, a reçu de très nombreux visiteurs. Les salles n’étaient plus assez grandes, preuve d’une reconnaissance après 6 ans d’existence. Mireille Sicard en est la directrice pour la 3ème année. »Nous sommes de plus en plus reconnus, peut-être aussi grâce à une plus grande ouverture sur la communication », dit-elle. « Nous avons plus de 20 enseignants. L’an dernier, nous avions 200 adhérents. L’évolution est évidente, je la constate depuis que je suis ici. » L’UTL n’est pas une association gérée par un bureau, mais une collégiale qui n’est pas gérée par un membre décisionnaire, mais par tous. Ils sont 12 bénévoles. Ce sont des enseignants et des adhérents. Certains sont des élus de la Communauté de Communes Moyenne Durance et d’autres du Conseil Municipal.

 

Il y a plusieurs nouveautés cette année. La Langue des Signes Française, l’écriture journalistique, des lectures publiques, du Yoga ou du théâtre pour enfants voisinent avec des cours désormais constants que sont l’ethnologie, l’histoire de l’Art ou des cours de langue. Dans les nouveautés, l’art floral est enseigné par Nadine Strauch, Maître 2 en art floral diplômée au Japon. « C’est une philosophie, la manière de s’exprimer avec les végétaux et les fleurs de saison. » Palestinien d’Israël né à Nazareth, c’est avec humour et une certaine philosophie que se définit Nidal Shanani. Il enseigne l’arabe littéraire pour la 3ème année à Peipin, qui permet de se comprendre dans 22 pays. « J’enseigne aussi l’Hébreu, il y a eu une demande il y a quelques années », dit-il. Il aime les langues et en connait cinq. « J’utilise des ressources francophones et arabes avec la méthode Assimil et Harrap’s. » Qui souhait apprendre l’arabe ? « Ce sont ceux qui ont des origines pieds noirs et dont le père parlait la langue, ceux qui travaillent avec des Magrébins, ceux dont une partie de la famille est arabe et ceux qui souhaitent entretenir l’intellect. » Il faut compter 70 heures d’apprentissage, soit deux ans pour parler et comprendre la langue.

 

Retour à l'accueil