La brise du soir lance des soupirs. Elle soulève les rideaux qui encadrent la fenêtre entrouverte. C’est la fin de l’été, la fin des vacances, la fin d’une histoire qui avait pourtant si bien commencée. Les valises sont posées dans l’entrée. Elles attendent d’être mises dans le coffre de la voiture. Elles sont sagement rangées côte à côte. Sur l’une d’elle, un petit personnage en chiffon attend d’être emmené, avec la peur d’être oublié. Le carrelage est frais sous les pieds nus.

 

L’air embaume des fleurs du soir. Une pluie chaude les a rafraichi et libère leurs parfums. Ses larmes finissent de couler du toit, de la voiture, des feuilles, des pétales et forment des flaques limpides. La sécheresse du sol est en train de l’avaler. Bientôt, tout sera redevenu lisse et sans trace de chagrin. Le silence de la nuit viendra envelopper l’automobile qui glissera sur la route avec monotonie et ennui. L’enfant s’assoupira et sa tête dodelinera tandis qu’il serrera son doudou contre lui avec l’angoisse de le voir partir.  

 

Il n’y a pas de mots pour exprimer ce qu’on n’a pas envie de vivre, il ne reste que des émotions.

Retour à l'accueil