003Elle est encore belle malgré son âge dit « avancé ». Son visage reste encore lisse et le maquillage léger dont elle a la coquetterie de se parer rosit à peine ses lèvres. Sa démarche reste altière, après des années de barres et de pointes à la discipline implacable. Elle traverse le village en promeneuse avertie, les lunettes de soleil dissimulent son regard qui commence à décliner. Elle a soixante-dix ans. Mais n’en souffre pas.

 

C’est l’été et les vacanciers ont envahi les gites voisins. Ils viennent faire quelques courses à l’épicerie du coin qui n’ouvre que durant la saison estivale. Plus personne d’ici ne vient faire des achats, les grandes surfaces sont pratiques et moins chères. Elles vivent au dépend des petits qui tentent de survivre…

 

Deux fillettes ont lié connaissance depuis quelques jours. Des kilomètres les sépareront dans un mois, mais l’amitié n’a pas conscience des dangers de la distance. Elles regardent passer cette femme qui a tout d’une dame, mais avec la simplicité d’une paix intérieure. La vacancière s’étonne un peu : « Mais c’est qui, elle ? Je la trouve belle, mais je ne sais pas pourquoi ! » La copine s’amuse et répond dans un grand rire mutin : « Tu ne sais pas qui c’est, alors je te raconte. »

Ses yeux brillent de plaisir en voyant la curiosité s’allumer dans le regard de sa petite complice. « Oui, elle a été une grande actrice autrefois. Il y a longtemps, on n’était pas né ! C’est vieux ! » Et elle accentue sur ce mot avec une expression du visage vaguement supérieure et enfantine.

 

Elle lui a raconté l’histoire de cette femme très belle dans sa jeunesse et qui fit les choux gras des journaux. Actrice renommée, elle fut sous les projecteurs durant des années. Sa vie privée fut jetée en pâture. Entourée, adulée, elle avait tout pour être heureuse. Enviée, admirée, jalousée, elle semblait sourire constamment aux photographes qui pullulaient autour d’elle. Elle ne se déplaçait pas sans être remarquée, malgré tous ses efforts.

 

Jusqu’à ce qu’un jour, sans qu’on comprenne pourquoi, les journaux ont titré qu’elle avait tenté de se suicider en se tailladant les poignets. Elle mit un frein définitif à sa carrière, du jour au lendemain. Personne ne comprit pourquoi… Elle avait tout pour être heureuse…

 

La vieille dame a entendu les petites filles et sourit en repartant. Le bonheur de vivre, ce n’est pas d’être entourée et visible au point d’être seule. C’est de vivre et exister. Personne ne sait combien elle est heureuse depuis sa retraite soudaine et précoce. Oubliée ou presque, elle a vécu dans l’amour de sa famille créée par la suite et dans le silence de la tendresse vraie. Elle a vécu, oui… Entourée. Elle s’est remise à vivre dès lors…

Retour à l'accueil