Gap-023.jpg

 

 

 

 

 

Elle a passé ses doigts dans les cheveux. Elle a joué avec les mèches distraitement, puis a reposé sa main sur son genou. Elle sent que sa vie s’effiloche et que des lambeaux glissent à terre. Elle ne sait plus très bien comment faire pour réparer les morceaux. Les recoudre ? Les recoller ? Tirer dessus ? Les nouer entre eux ?

 

Elle a tout essayé, mais en vain. L’usure va si vite lorsqu’il s’agit de réparer une vie ! C’est si délicat et si fragile, une vie. Que peut-on en faire ? Pas grand-chose… En prendre soin, l’aimer et la chérir, sous peine de la voir s’amenuiser comme peau de chagrin. Elle a pourtant fait attention, tout comme on lui a dit de faire. Elle l’a nourri, l’a encouragé, l’a bichonné. Elle lui a dit des mots doux et tendres.

 

Et cependant, le résultat est là, sous ses yeux. Les morceaux qui gisent par terre sont navrants à voir. Ils sont pâles, ternes et tristes. Que faire ?

 

Elle a regardé sa main posée sur le genou. Elle l’a lissé avec l’autre, sa jumelle presque parfaite, avec calme. Son esprit galope et réfléchit très vite. Elle mord sa lèvre inférieure, plisse les paupières et incline légèrement la tête. Son cou à peine fléchi finit par se redresser. Ses yeux sont bien ouverts et son regard est devenu grave et serein.

 

Plutôt que de raccommoder sa vie devenue trop étriquée pour elle, elle va simplement en changer ! Elle l’attrape prestement et la jette par la fenêtre qu’elle a ouverte sans prendre le temps de savoir ce qu’elle faisait ! Puis, elle s’est empressée de prendre les clés de sa voiture posées sur le meuble de l’entrée et est vite partie à la recherche d’une autre vie. Elle sera plus belle, plus spacieuse et plus solide que l’ancienne ! Sur ses lèvres, un sourire énigmatique éclaire ses pommettes devenues saillantes. Et les fossettes qui creusent ses joues ont effacé son air grave.

Retour à l'accueil