La tendresse des mots berce les cœurs et fait chavirer les âmes.

Le son de la voix aimée a une douceur emplie de charme,

Une douceur qui sèche délicatement la naissance d'une larme.

L'enfant qui ne voulait pas grandir est devenue une femme.

Les pieds nues, elle court par les chemins, vagabonde sans chaînes.

Elle laisse sur ses talons les chansons qu'elle invente,

Et qu'elle sème comme la petite sœur bienveillante

D'une fratrie perdue et esseulée au milieu des chênes.

Les chants qui habitent sa vie forment de longs sautoirs

Perlés de pierres de lune nacrées et de pierres précieuses,

Entrelacés de notes blanches et noires et soyeuses.

Ils portent son parfum jusqu'à ce que descende le soir.

©Françoise LATOUR

Retour à l'accueil