Je n’oublie pas…

Je me souviens d’un temps lointain…

Lorsque le temps des vacances venait… Le bruit du fer qui répond lorsqu’on le bat, la poudre de feu qui jaillit lorsque le ferronnier le dérange, le souffle du cheval qui tourne son nez et plisse son cou… L’odeur de l’herbe coupée, la couleur des blés devenus mûrs, les coquelicots délicats rougeoyants sous le soleil du soir… Les espaces tournés vers l’infini dans lesquels les yeux fouillent au loin et ouvrent les portes vers la liberté…

Je me souviens d’un temps lointain…

Lorsque le temps des devoirs était de retour… Le cartable trop grand qui bat contre le mollet, l’odeur d’amande de la colle blanche, le tintement de la plume en métal sur la porcelaine blanche de l’encrier, le crissement de l’écriture sur la feuille blanche, les arabesques violettes qui deviennent plus rondes et plus nettes… Le vent qui décoiffe les mèches, la sensation d’être minuscule dans un monde sans limite, les chaussettes qui tombent sur les chaussures…

Je me souviens d’un temps lointain…

Lorsque la communication n’existait pas… Les petits mots échangés sur des morceaux de papier arrachés… Les voisins à qui on dit bonjour et qui répondent… Les bougies d’anniversaire qui vacillent sur un gâteau fait à la maison… Les chuchotements au téléphone dont le fil fait des nœuds… Les fous rires inattendus et qui font mal aux joues et au ventre…

Je n’oublie pas…

Maintenant que nous sommes tous reliés avec la terre entière et cachés derrière les écrans d’ordinateur… Le temps qui passe trop vite… Les enfants qui grandissent et partent… L’envie de croquer la vie… La main chaude et vivante qui prend la mienne… L’odeur des gâteaux dans la cuisine… La beauté des cœurs qui palpitent… L’espoir que le monde peut devenir meilleur… Les chemins qui se croisent et s’embrassent…

©Françoise LATOUR

Retour à l'accueil