Il existe une maladie dont on commence à entendre parler et reste malgré tout inconnue ou plutôt méconnue : le manipulateur, homme ou femme. On l’appelle également pervers narcissique. Cette maladie est très complexe à identifier, voire à prouver lorsque les victimes tentent de se défendre juridiquement. Le pervers narcissique utilise la manipulation mentale. Pourquoi cette appellation de pervers narcissique ? Parce que chaque mot recouvre un aspect de cette maladie qui relève de la psychopathologie – qui traite des maladies mentales et de leurs causes.

 

Définition du pervers narcissique

 

Voici les définitions des troubles sur le site Santé médecine : 

"Troubles narcissiques : Le pervers narcissique a inlassablement besoin d'être admiré. La quête excessive de reconnaissance et d'empathie sont deux autres marqueurs de ces troubles.

Perversion : La tendance à vouloir satisfaire ses désirs et de ses besoins aux dépens des autres, et donc à utiliser autrui à ses propres fins. Un pervers narcissique présente donc une personnalité marquée à la fois par un narcissisme exacerbé et des traits de perversion morale."

 

Ni remord ni sentiment de culpabilité

 

Le harcèlement et isoler sa victime en lançant des rumeurs font partie de ses agissements. Le Nouvel Observateur a mené une enquête sur les pervers narcissiques. Le trouble du manipulateur est tel qu’il détruit sa victime sans remord et sans aucune culpabilité. Que ça soit dans la relation de couple ou dans la relation professionnelle, il veut dominer et le processus de dénigrement et de harcèlement peut commencer lorsque la confiance s’est installée. Lorsque la victime veut s’enfuir, ou lorsqu’il n’a pas réussi à la piéger, le pervers narcissique lance des rumeurs afin de se faire passer pour une victime lui-même. Son désir d’être admiré et au centre de tous les intérêts fait de lui un personnage charmant qu’on ne pourrait jamais soupçonner de la moindre cruauté

 

2 à 3 % de la population

 

Psychologies.com donne quelques éléments d’information sur ces manipulateurs : "On les appelle manipulateurs ou encore, pervers narcissiques. Ils peuvent être un conjoint, un proche, un patron, un(e) collègue, un(e) ami(e). Séduisants, sympathiques, parfois réservés, ils plaisent par leur côté charmeur et flatteur. Mais très vite, à leur contact, un malaise s’installe. Et leurs victimes entrent dans une spirale infernale de culpabilisation et de dévalorisation. Véritables dangers pour notre intégrité physique et mentale, les manipulateurs sont des personnalités narcissiques qui représentent, selon Isabelle Nazare-Aga, auteure des Manipulateurs sont parmi nous (éditions de l’Homme, 1997), 2 à 3% de la population. Nous sommes donc tous amenés à croiser un jour, si ce n’est pas déjà fait, une personne atteinte de cette pathologie."

 

Les pervers narcissiques sont tous des manipulateurs. Les manipulateurs sont-ils tous des pervers narcissiques ? Le but reste invariablement le contrôle de l’autre.

Retour à l'accueil