Qui est-il, celui-là même qui juge ?

D’où vient ce pesant et lugubre grabuge,

Celui du marteau qui condamne sans appel ?

Il n’y a pas de saint dans cette chapelle,

Où sont passés les vrais innocents ?

Ceux qui subissent, impuissants ?

Pourquoi lancer toutes ces rumeurs

Qui gangrènent avec force les humeurs

Et provoquent perfidement la rancœur

Dont personne ne sort vainqueur ?

Les murmures deviennent assourdissants

Pour un triomphe devenu vite salissant.

Car les mensonges sont criminels

Et deviennent tellement cruels.

Il ne peut y avoir ni paix ni de refuge

Pour celui qui ne sait pas et juge…

pourquoi juger ?
Retour à l'accueil