Le monde est si pâle, il a perdu ses couleurs… Où sont passés les éclats de rire, les cris joyeux des enfants, les sourires émus, les regards tendres et étincelants ? Où sont passés les mots doux, les jolies phrases d’affection et les gestes arrondis et feutrés ? Il n’y a plus de jeux pour jouer, ni de secrets innocents dits à l’oreille ?

 

 

Il n’y a plus que des cris de rage et des chuchotements malsains de rumeurs. Les oiseaux ne chantent plus aussi forts que les bruits des arbres qui tombent et des murs qui s’élèvent. Les mots ne font plus que du mal, et ils s’écrivent pour dénoncer et non plus pour faire rêver. Les abeilles disparaissent sans qu’on les remarque, elles sont trop petites pour prendre le micro ou la caméra ! Elles emportent avec elles les couleurs d’un monde qui a fini par se délaver et à force de le rapiécer, il finira par se déchirer complètement.

 

Retour à l'accueil